Je, je et je

Fight Club Parody

Rien n’a d’importance…

Un petit article simple pour vous parler d’un exercice que je fais et qui me permet de relativiser à peu près tout. Et de replacer les apparences et les choses à leur place réelle : dans le domaine de l’absurde.

Je m’explique : Rien n’a réellement d’importance car tout va s’effondrer que ce soit à titre individuel au moment de notre mort, ou à titre collectif quand la Terre sera avalée par le Soleil ou par un trou noir (si nous ne l’avons pas rendu aride avant).

Rien n’est vraiment important ici. Pour moi, et pour ce que cela vaut, tout ce qui compte c’est de rendre notre passage ici agréable et paisible pour nous et ceux avec qui nous devons vivre. Et surtout de le maintenir jusqu’à ce qu’on en ait marre. Je sais que cette façon de penser fait flipper pas mal de monde, mais moi ça me rassure.

S’extraire de ce qui parait logique

Accepter notre propre vacuité, ainsi que celle de ce que nous faisons nécessite une bonne dose d’abstraction. Alors, voici mon petit exercice :

D’une manière générale, nous avons tous tendance à confondre ce que nous sommes et ce qui nous définit aux yeux des autres. L’être et le paraître. Si nous nous concentrons un peu plus sur l’être, nous sommes de fait tous égaux. C’est non négociable pour qui prend un peu de distance. Les privilèges s’ils sont socialement bien réels n’en apparaissent que plus absurdes et vains.

Voici donc ce que je me dis parfois (à adapter à votre profil et à ce que vous avez en tête bien entendu) :

« -Je- ne suis pas un garçon, mon corps dispose de gamètes mâles. -Je- ne suis pas blanc, ma peau est blanche. -Je- ne suis pas mince, mon corps est mince. -Je- n’ai pas plus accès à l’esprit d’un autre humain qu’à l’esprit d’un autre animal, et -je- respecte les humains, alors pourquoi pas les animaux ? -Je- ne suis pas riche, il s’agit de chiffres sur un papier. -Je- n’ai pas de pouvoir, ma fonction en a. -Je- ne suis pas unique, mes expériences le sont. -Je- suis remplaçable à tout instant. -Je- pourrais ressembler à tout autre chose et être quand même. »

Nihilist ! What have you done ?

Un brin nihiliste ? Ouais il parait… Pessimiste ? C’est à vous de voir !

Et pourtant, ce petit « mantra » a tendance à me libérer de mes carcans et j’en ai, comme tout le monde, bien besoin. Il m’impose tout naturellement le respect dû à l’autre qui est un autre -je-. Un autre grain de sable dans une mer d’absurdité.

En gros, moi, ça m’aide à essayer de ne pas devenir un gros con ou de ne pas m’offusquer pour un oui ou pour un non. Franchement dans le contexte actuel, cela peut s’avérer salvateur pour continuer à avancer.

Mais il pourrait tout aussi bien faire de vous un sociopathe complètement autocentré… Tous les points de vue sont défendables. Même s’ils ne permettent pas tous de vivre heureux.

Je laisse le mot de la fin à mon pote Tyler, qui s’il est vaguement sociopathe n’a pas tout à fait tort sur le fond :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *