Joylent, mon premier test d’une vie sans mâcher

Voilà des mois que je n’ai rien publié sur mon blog… Et depuis tout ce temps, que de changements dans ma vie ! Ce sont d’ailleurs ces changements qui ont conduit à ma longue absence.

Pour ceux qui se demandent (pour les autres vous pouvez sauter ce paragraphe) :

je suis donc devenu enseignant à l’Université en communication d’entreprise culturelle, j’ai aussi appris à développer des plugins sous WordPress (et un premier va bientôt sortir), trouvé un bien immobilier sur lequel m’investir, lancé une seconde version de Color-Mania (ainsi que de nombreuses améliorations et projets de développement), repris un temps plein, ou encore préparé un nouveau site web qui doit se lancer la semaine prochaine… Bref, plein de choses ! Cependant, l’envie de publier des choses ici ne m’a pas quitté. J’ai d’ailleurs une liste interminable de sujets potentiels à venir !

D’ici là, le premier sujet va traiter d’un truc qui me tient assez à cœur : les innovations en terme d’alimentation.

Changer le monde, toujours en encore plus urgent !

Je vous avais déjà parlé du Soylent (qui a depuis levé plus de 20 millions de dollars). En effet, avec une population en croissance permanente et des modes de consommation alimentaire toujours plus stupides, notre planète souffre de notre présence. Mais rassurons-nous, cette dernière s’en remettra ! Nous, c’est moins sûr…

Pour vous en convaincre, je vous renvoie vers les nombreux reportages (que vous trouverez – à priori – sans difficulté sur Youtube) consacrés à nos chers industriels agro-alimentaires (qui mériteraient bien un sort fort peu enviable).

Ainsi, toute nouvelle forme d’innovation alimentaire conduisant à moins tirer sur la corde « nature » m’intéresse.

Joylent, all nutrients in a tasty shake

logo-joylent-b-sider

C’est dans cet optique que je me suis procuré du Joylent, une alternative Néerlandaise issue du site DIY de Soylent. Malgré ses nombreux défauts à mes yeux dont la présence de Whey  et donc de produits animaux et de lactose (qui est l’un des premiers allergènes alimentaires dans le monde), ou la non-certitude de présence ou non d’OGM, je l’ai choisi car les délais de livraison et les prix sont raisonnables et enfin car il existe plusieurs goûts différents (banane, fraise, chocolat, vanille). Cette multitude de goûts me paraissait pratique pour commencer quelque chose que je savais forcément lassant : manger tout le temps la même chose.

 Compte tenu de la durée de mon test assez courte (1 petite semaine), je n’ai pas de données chiffrées très précises et surtout pas très significatives. Je m’en tiendrais donc à la façon dont j’ai vécu l’expérience. J’ai décidé de ne pas me comporter comme un geek furieux qui risquerait sa vie sociale en refusant un dîner avec des amis. Mon approche est donc plus celle du commun des mortels : pas prêt à tout sacrifier.

Pour un test plus long (et sûrement plus précis), j’ai commandé un équivalent d’une autre marque : Mana. Il est potentiellement vegan (je ne le suis pas objectivement, mais si je dois changer de mode d’alimentation cela fera partie de première choses que je changerai), garanti sans OGM, issu de produits biologiques, contient peu de gluten et est lui aussi aux normes européennes.

Alors finalement, une petite semaine sans manger vraiment ça donne quoi ?

Mon retour sur Joylent

Pack-Joylent-B-Sider

Niveau goût

J’appréhendais un peu le goût de la chose. Habitué des boissons protéinées toujours trop sucrées, ou des compléments alimentaires souvent au goût acide, je fus fort surpris ! Le Joylent est bon ! Pas très sucré pour ne pas être lassant, il contient des fruits en poudre pour la fraise et la banane, de la vraie vanille, et du vrai chocolat… Cela limite donc l’usage par la marque, à mon avis préjudiciable dans des quantités élevées, d’édulcorants tels que le Sucralose. Le tout a un léger arrière goût de porridge. La texture n’est pas désagréable, un peu entre le milkshake et la pâte à crêpes (en fonction de la température). J’ai vraiment été bluffé par les goûts vanille (le top pour moi) et fraise. On a l’impression de replonger en enfance et boire un lait fraise. Il parait que le goût vanille est encore meilleur avec un peu de cannelle ajoutée. Je n’ai pas essayé, mais je le ferais si l’occasion se représente.

Niveau satiété

Le premier jour, j’ai mangé allègrement mon paquet, allant jusqu’à ouvrir celui du lendemain en fin de soirée pour manger un peu plus… Je me suis dit que cela ne nourrissait pas tant que cela. Ce fut la seule fois où j’ai pu finir le paquet ! En général, 2 repas me suffisaient par jour. Mon niveau d’activité étant assez faible sur la période, cela ne m’étonne pas vraiment. Cependant, il m’aurait manqué quelques nutriments sur une période plus longue à priori. L’impression générale est de ne jamais avoir faim mais de ne jamais avoir vraiment l’estomac plein. Un peu comme les centenaires japonais d’Okinawa. Ce mode de consommation a été particulièrement intéressant lors de mes petits déjeuners très (trop) matinaux pour tenir toute la matinée sans flancher.

Niveau psychologie

Je m’étais lancé dans un test un peu plus extrême mais, tant les effets secondaires que mon état psychologique m’ont conduit à être plus mesuré. Voir ses amis cela compte aussi. D’autant que passé trente ans, il est rare que cela ne soit pas autour d’un repas. Parfois boire ton shaker quand les autres mangent des trucs qui ont l’air délicieux (et surtout solides !) n’est pas évident. En revanche, ce que j’ai trouvé très positif c’est la disparition de la culpabilité lors de mes « repas sociaux » (souvent excessifs), mais aussi que ma satisfaction de manger était nettement plus grande : plus de plaisir, moins à me jeter sur la bouffe… Le fait de ne pas à avoir à faire de vaisselle ou de cuisine facilite aussi la vie quand on manque de temps.

Niveau effets secondaires

Le second jour, j’ai été pris de maux de tête assez violents. Le quatrième jour, ce sont des nausées fortes qui m’ont cloué au lit quelques heures avant d’aller mieux après un peu de repos. Un repas « social » (donc normal) le soir a mis tout cela « à plat ». En dehors de cela, ce sont de légères brûlures d’estomac (moins que d’habitude) et des ballonnements assez marqués (plus que d’habitude) qui ont émaillés mon quotidien durant ce test. Il y a une explication tout à fait logique à cela : l’utilisation d’avoine non traitée donc très riche en fibres (inhabituel dans notre mode de vie européen) et l’absence d’enzymes ajoutés que l’on retrouve naturellement dans les légumes frais obligent le corps à entièrement se réadapter et cela nécessite clairement plus qu’une semaine (sachant que j’ai naturellement des problèmes de digestion chroniques grâce à nos magnifiques produits industriels en plastique).

A noter : je n’ai jamais eu de problèmes de diarrhées donc manger liquide n’implique pas forcément d’évacuer liquide… Je n’ai pas perdu mes dents non plus 😉 , et ce bien que mâcher du chewing-gum soit sûrement une bonne idée sur un usage prolongé à mon avis car la mastication stimule la production d’enzymes. (Et oui, ce sont les deux craintes les plus fréquentes que j’ai entendu)

Conseils

soylent-shaker-chocolat-b-siderUne supplémentation en enzymes digestives est conseillée pour aider le corps à s’adapter au début à ce surplus de nutriments et de fibres. Ce qui peut être intéressant avec les enzymes, c’est qu’ils sont également prescris pour certaines intolérances alimentaires (gluten, lactose). Ainsi, si vous êtes intolérant, et que vous pensez avoir mangé malencontreusement un aliment qui pose problème, vous devriez disposer de gélules d’enzymes pour réduire son effet sur vous. Les enzymes servent à accélérer la réaction chimique de décomposition de certaines molécules spécifiques (on parle d’effet catalyseur). Ainsi on peut atteindre une réaction chimique jusqu’à 1000 fois plus efficace (moins d’énergie dépensée, digestion plus rapide et plus facile). Il existe différents enzymes qui correspondent à un type d’aliment et sont (sauf problème de santé tel qu’intolérance et allergies) produits par le corps. Vous trouverez de nombreux articles sur internet les concernant, mais voici un document intéressant.

Par ailleurs, tous les effets secondaires décrits sont normaux quand on change aussi radicalement son mode d’alimentation (ceux qui ont déjà fait un régime hypocalorique, ou sans sucre pourront sûrement en parler). Ainsi, il est conseillé de changer progressivement son mode d’alimentation. D’abord un repas par jour, puis deux et si on se sent prêt à le faire passer à 3. Mais ce n’est absolument pas une obligation de supprimer tout autre aliment, ne serait-ce que pour l’aspect psychologique et pour l’importance sociale des repas. De toute manière, vous aurez, ne serait-ce qu’avec un ou deux repas de Soylent-like, plus de nutriments équilibrés que dans votre alimentation habituelle (sauf à en faire une priorité dans votre vie, ce qui est plutôt une bonne idée dans l’absolu bien que difficilement faisable).

A refaire ou pas ?

Bref, comme mes amis pourront en témoigner, je ne suis pas devenu orthorexique ou psychopathe de la bouffe en testant le Joylent. Je suis convaincu de l’utilité de ce type de produits dans le quotidien de tout un chacun, ne serait-ce que parce que c’est pratique et 1 million de fois mieux que de ne rien manger ou mal manger. Sur des périodes courtes (un mois max), cela permet de se faire une petite diète facilement. Je pense que manger uniquement cela, à moins d’une apocalypse zombie, reste difficile psychologiquement et, sans retour scientifique fiable pour le moment, potentiellement risqué. Je vais donc tester rapidement une autre marque sur une période plus longue de ces compléments alimentaires très prometteurs pour un retour plus précis.

15 Commentaires sur “Joylent, mon premier test d’une vie sans mâcher

  1. Yann says:

    Article très intéressant, même si je ne pense pas jamais manger de la sorte.
    Je suis déjà pas prêt à devenir végétarien, mais là c’est encore plus extrême : renoncer au plaisir de manger, c’est quand même un truc de fou ! Alors certes c’est louable comme intention, mais waouh faut être costaud dans sa tête pour tenir un truc comme ça sur le long terme.
    Et, comme tu le soulignes, la dimension sociale présente également de sévères incompatibilités avec ce type d’alimentation (sauf si tout le monde se nourrit de Soylent, évidemment).
    C’est un peu comme le sommeil polyphasé : le concept peut être intéressant, mais il faut vraiment être à fond/limite autiste pour pouvoir aller au bout de l’idée.
    Ah et concernant le lactose : ce n’est pas un allergène au sens strict du terme.
    Et si les blogs végé aiment bien affirmer que la majorité de la planète souffre d’intolérance au lactose (ce qui est statistiquement indéniable, à défaut d’être pertinent), ils omettent systématiquement de préciser que cette intolérance varie du tout au tout en fonction du patrimoine génétique des individus (de 10% d’intolérants en France à presque 100% en Chine).

    • Ro_meow says:

      Salut Yann,
      je pense également qu’il me serait très difficile de tenir ce type d’alimentation sur le long terme. Mais, comme dans beaucoup de domaine, il faut trouver sa propre recette : 2 repas Soylent / jour ou alors 2 semaines / mois… L’avantage est que c’est assez modulable et qu’il n’y a pas réellement de règle établie. Sinon, un usage de convenance pour remplacer un repas quand on sait qu’on aura pas le temps de manger ou quand on est en voyage est aussi tout à fait envisageable.

      Tu as tout à fait raison concernant le lactose. Ce n’est pas un allergène au sens strict (sauf cas extrêmement rare) : c’est un glucide que tous les humains métabolisent durant leur jeune âge. Mais chez l’essentiel d’entre eux, l’enzyme nécessaire à sa métabolisation, la β-galactosidase, n’est plus produite passée quelques années. Seules les populations génétiquement issues des premières peuplades d’éleveurs (à savoir l’Europe en gros, et une région d’Afrique) ont muté génétiquement et produisent toujours la lactase à l’âge adulte. L’intolérance au lactose est ainsi très différente de l’intolérance au gluten (qui s’avère être une réaction immunitaire anormale qui attaque les parois de l’intestin). Ainsi si dans les deux cas, une supplémentation en enzymes peut vraiment aider en cas d’ingestion involontaire, elle ne pourra probablement pas vraiment remplacer la réduction voir l’arrêt total dans les cas les plus graves d’intolérance au gluten.
      N’étant pas végétarien non plus et ne suivant pas les blogs végétariens, je t’avoue ne pas trop savoir ce qu’ils disent concernant ces points là. Je pense être plus proche du flexitarisme et persuadé que limiter l’apport de viande est une très bonne chose pour la planète et les animaux. Donc pour moi aussi sur le long terme, tant pour ma conscience personnelle que pour ma santé. Mais bon je n’ai qu’une seule vie aussi, et comme les premiers hommes mangeaient essentiellement ce qu’ils trouvaient, je ne rechigne pas devant un burger tombé par inadvertance à mes pieds…

      • Yann says:

        Il est vrai qu’utilisé de manière ponctuelle ça peut être très bien, et même mieux qu’un repas « vite fait », si et seulement si on est sûr de la qualité du produit. En effet je trouve que ces Soylent, en tant que produits finis, présentent le défaut récurrent des produits industriels : impossible de savoir ce qu’ils contiennent réellement. Si j’achète une courgette, je sais qu’elle ne contient pas de viande de cheval. Si j’achète du Soylent, ben je sais ce qu’il est censé contenir, mais je ne sais pas ce qu’un industriel peu scrupuleux a pu faire disparaître dedans.
        Bon ça fait un peu parano, et je ne prétend pas ne manger que des plats dont tous les ingrédients me sont connus avec certitude, mais se nourrir d’un slime nutritif aromatisé présente aussi des risques. Tu disais l’autre fois qu’il faudrait que ce type de produit perce pour que son coût baisse, mais si un jour le Soylent touche le grand public, l’avidité financière de l’industrie agro-alimentaire va inéluctablement faire diminuer la qualité du produit, et à terme on risque de se retrouver avec du Soylent digne des lasagnes Findus, et des scandales sanitaires d’un type nouveau.
        Pour le lait c’est juste que je vois souvent passer des messages anti-lait/vegan sur un réseau social bien connu, avec des raccourcis comme « 75% des êtres humains intolérants au lactose = on devrait tous cesser de boire du lait » et que je trouve ça nul.
        Je suis par contre 100% d’accord sur la nécessité de limiter la consommation de viande, et cette idée de Soylent de façon ponctuelle me paraît bien intéressante, merci de faire le cobaye ^^

        • Ro_meow says:

          Je ne peux qu’abonder dans ton sens. Comme tu le fais remarquer, presque aucun des produits achetés dans un supermarché n’est totalement dépourvu d’éléments non indiqués. Même les courgettes… Pour les Soylent-Like, je compte sur plusieurs choses : il faut avoir une motivation très forte à apporter une transparence nouvelle dans l’industrie agro-alimentaire pour lancer un produit de ce genre quand on connait les freins psychologiques liés à l’alimentation. De plus, ce genre de produits est considéré comme « à risque » et se retrouve nettement plus surveillé par le public (seule surveillance qui compte vraiment). Ces éléments sont valables aujourd’hui… Mais l’avidité de certains présente des risques de perte des valeurs fondamentales qui conduisent ce mouvement, c’est vrai. Pour le moment tout va bien ! Je ne me souviens pas avoir vu chez le poissonnier de l’hyper du coin une analyse complète des métaux lourds contenus dans le poisson (par exemple). Or je sais que le Mana contient moins de 0,0008 mg de mercure. Donc plutôt un bon point pour le Soylent-like : eux vérifient et informent les gens car ils ne peuvent pas se cacher derrière un bel écran de greenwashing et de fraicheur tout droit sortie de l’océan, ou derrière un label biologique qu’on donne à tout le monde…
          Bref, c’est un produit à haut potentiel, et c’est un plaisir de le tester ! ^^ J’ai hâte de recevoir le Mana qui me parait être le top en terme d’exigence de qualité.

    • Ro_meow says:

      Mana est livrable en France : J’en suis à ma seconde commande d’un mois chez eux. La dernière recette est vraiment intéressante avec l’ajout de Chlorelle par exemple. Space Nutrients me semblent assez chers mais ont l’avantage d’être sans gluten.
      Mais Mana est vraiment bien selon moi.

  2. Cristina says:

    Bonjour,

    Je vous contacte à propos de votre publication sur Joylent, mon ami est en train de suivre les regimes Queal, Nutrilent, Ambronite et Joylent, il fait le petit dejeuner et le dinner et pour le déjeuner il mange normalement du solide. Ma préocupation est qu’il est ancien obèse et je ne sais pas si c’est bien de faire quelques repas « liquides » et d’autres « solides » car comment on sait les calories qui nous restent à consommer pour ne pas grossir ? Aussi pensez-vous qu’on peut alterner avec des restaurants ou il faudrait faire tous les repas « liquides » ?

    Connaissez-vous des gens plus spécialistes qui pourraient me renseigner ?

    Cordialement.

    • Ro_meow says:

      Bonjour,

      Cela faisait un bon moment que je n’étais pas passé sur mon blog ! Merci de votre patience !

      Pour ce qui est de votre ami, tout est une question d’être raisonnable lors des repas « solides ». Les Soylent-like se veulent équilibrés pour une personne moyenne avec un niveau d’activité normal.

      Pour ma part, j’ai pris un peu de poids avec le Mana. Tout simplement car je n’avais quasiment aucune activité physique durant la période. Un mode de vie sain n’est remplaçable par rien (ce serait simple sinon !). Les Soylent-like s’y intègrent en revanche bien sans obligation aucune de ne pas alterner (pas cumuler hein !) avec de la nourriture conventionnelle.

      Après si des questions se posent, vous pouvez en parler à votre médecin et faire des analyses régulières de contrôle. (Cependant, vu le niveau des médecins en terme de diététique, j’écouterai leur avis avec grande attention tout en prenant de la distance : combien d’entre eux vous ont déjà demandé ce que vous mangez quand vous avez un problème ? Au départ, nous ne sommes qu’une cellule et tout le reste provient de l’alimentation maternelle puis personnelle… On peut se demander pourquoi cette question n’est pas une priorité absolue pour eux du coup…)

      Bonne journée !

  3. Isabelle says:

    Bonjour,

    Je m’appelle Isabelle, je suis étudiante en école d’agroalimentaire et nutrition et avec une amie nous avons besoin de votre aide ! 

    Nous nous intéressons à la tendance des aliments complets en poudre. Nous aimerions connaitre votre avis et retour d’expérience.

    Pouvez-vous prendre 5 minutes maximum pour remplir se petite questionnaire ?
    Voici le lien : http://goo.gl/forms/rv3QZxjRNx

    Merci d’avance pour votre aide !

    Isa

    • Ro_meow says:

      C’est fait ! Je ne sais pas si c’est un travail étudiant ou une étude de marché, mais dans tout les cas c’est bien de s’intéresser à ces nouveaux produits alimentaires.

      Bon courage à vous !

  4. Feed Smart Food says:

    Bonjour,

    Je suis le community manager de Feed., une foodtech française qui vient de lancer la première smart food ready to drink en Europe. (www.feedsmartfood.com)

    La recette est à base de céréales. Elle est vegan, sans lactose, sans gluten, sans ogm, sans noix, et fabriqué en France.

    Les nutritionnistes sont formels, l’objectif de Feed. n’est pas de se substituer intégralement à l’alimentation traditionnelle, mais plutôt d’apporter une alternative idéale, de manière ponctuelle.

    On a déjà tous sauté un repas, ou mangé un fast food faute de temps. Ce sont dans ces situations que la smart food prend tout son sens.

    Last but not least, à chaque fois que 6 bouteilles de Feed. sont achetées, un repas est offert à des ONG/associations luttant contre la malnutrition.

    Nous nous tenons à votre disposition pour tout éventuel renseignement complémentaire.

    Plus d’infos sur http://www.feedsmartfood.com ; )

  5. Parslow says:

    Salut

    J’ai testé joylent, suite à ton article, j’ai fini ma première semaine.
    Pas eu d’effets secondaires et je pense que les doses matin et midi me permettent de moins avoir envie de grignoter qu’avec les repals rapide pris au resto à emporter. Le soir alimentation light melon/salade et WE plus traditionnel.
    Peut être un effet de m’endormir plus rapidement qd je me couche.

    Sur les parfums, la fraise finalement c’est le parfum que je regrette, la vanille est pas mal.
    La banane est Wow et j’aime bien mangue.

    Point important j’utilise de l’eau que j’ai mis au frigo pour avoir un joylent frais et cela se boit bien.
    A température ordinaire j’ai trouvé plus compliqué d’avaler

    Je vais tester Mana ensuite.
    Tu pourrais donner qq conseils de préparation ?

    PS: pour la Chlorelle tu recommande d’en ajouter combien ?

    Merci

    • Ro_meow says:

      Salut Parslow,

      C’est sûr qu’à température ambiante, Joylent (ou Mana) sont assez peu appétissants.
      J’ai vu que Mana était en rupture de stock en ce moment, mais cela devrait vite revenir à la normale. Pour ce qui est de la préparation du Mana, déjà elle est un peu moins pratique car l’huile est fournie séparément. Le goût unique est vanille, donc tu peux compléter avec des éléments qui se marient bien à la vanille : cannelle, pomme, banane…

      La chlorelle n’est plus comprise dans les nouvelles recettes du Mana. Mais si tu veux en prendre séparément, il faut rester mesuré car elle a un fort pouvoir chélateur ce qui est plutôt une bonne chose car cela nettoie l’organisme, mais ce qui peut aussi être conflictuel pour certains minéraux et métaux utiles à l’organisme si usage excessif. L’autre problématique c’est de s’assurer de sa qualité avant d’en prendre car elle peut être contaminée par les métaux lourds. Il est donc conseillé d’y aller progressivement et de ne pas dépasser 4 grammes par jour (de mémoire)…

      Pour ma part, j’ai eu de bons résultats sur la récupération après effort en prenant une demi-cuillère à café par jour après l’effort : quasiment pas de courbatures.

      En espérant avoir répondu à tes questions.
      Bonne journée !

  6. Vidal says:

    Bonjour,
    Bravo pour votre blog. Mon cas : cancer de l’œsophage, détecté il y a deux mois, qui m’empêche de manger solide. Substituts actuels prescrits : 1000 g de protéines/jour + ce que je peux avaler d’assez liquide. Votre blog me donne quelques idées pour essayer de compenser les carences nutritives (15 kg de perdus !). J’en parlerai au Professeur lors de ma prochaine chimio.

    • Ro_meow says:

      Bonjour,

      Désolé de ma lenteur de réponse ! Je suis content que ce post puisse te donner des idées et éventuellement que le Joylent puisse te permettre de maintenir tes apports nutritionnels.

      En te souhaitant le meilleur,

      Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

doudoune moncler pas cher doudoune moncler pas cher doudoune moncler pas cher doudoune moncler pas cher doudoune moncler pas cher doudoune moncler pas cher piumini moncler outlet piumini moncler outlet piumini moncler outlet piumini moncler outlet piumini moncler outlet piumini moncler outlet peuterey outlet online peuterey outlet online peuterey outlet online peuterey outlet online peuterey outlet online woolrich outlet online woolrich outlet online woolrich outlet online woolrich outlet online woolrich outlet online