Semaine 1 – Jeudi : Diviser pour mieux régner sur mon planning.

Voilà quelques jours que je prends des décisions importantes qui modifient largement mon quotidien… Je ne vais pas tout changer en une seule semaine au risque de ne pas pouvoir tenir toutes mes bonnes résolutions. Pour le moment, je ne suis pas rentré dans le vif de l’action. Il va falloir que je regarde ce que je souhaite réaliser et que je me concentre sur la bonne manière de le réaliser.

Pourquoi ne pas tout changer d’un seul coup…

J’entends très fréquemment des personnes me dire que c’est plus facile d’arrêter d’un coup : cela évite d’être tenté. C’est peut-être vrai dans certains cas pour la cigarette ou pour un régime (encore que…). Pour ma part, je pense que c’est contre-productif pour plusieurs raisons :

  • Selon Philippa Lally de l’University College de Londres, il faut un peu plus de 2 mois pour changer une habitude. En effet, la dopamine, qui fait le lien entre le cortex pré frontal et le striatum (qui « enregistre » nos habitudes), creuse un « sillon » de plaisir et de réassurance quand on fait une action habituelle. On n’efface pas ce « sillon » si facilement que cela ! Alors en effacer plusieurs…
  • Une étude d’un chercheur de Stanford, Baba Shiv, a démontré qu’on ne peut pas concentrer toute sa volonté sur plusieurs objectifs à la fois. Des étudiants qui devaient retenir une suite de 7 chiffres se voyaient proposer une mousse au chocolat ou une salade de fruit. Ceux qui ont le mieux mémorisé ont pris la mousse au chocolat… Donc en gros, la vie deviendrait trop triste si on se prive de toutes ces petites récompenses.
  • Un objectif nécessite de se projeter dans l’avenir, alors qu’une satisfaction immédiate est plus facile d’accès. En courant plusieurs lièvres, les tentations sont trop nombreuses.
  • La motivation, cela s’entraine et chaque petite victoire permet de prolonger l’envie de continuer. À l’inverse, un échec a vite fait de nous entrainer dans une spirale négative. En multipliant les projets, on multiplie aussi les chances de se louper…

Autant s’épargner tout ça et diviser, diviser, diviser !!!

Comment analyser des activités dont on ignore le contenu…

Pour diviser ses projets de manière cohérente, il faudrait en connaitre à l’avance le contenu. Autant dire que cela pose certains problèmes quand on souhaite apprendre quelque chose de nouveau ou que l’on est face à un sujet qui laisse pas mal de place à l’imprévu (genre bosser sur le web…).

C’est à ce moment-là que le monitoring prend tout son sens. Pour pouvoir prévoir, il faut mesurer le temps que prennent les choses habituelles. Pour cela, vous pouvez utiliser RescueTime que je vous ai déjà présenté (ou encore Toggl qui ressemble beaucoup), ou tout autre système de gestion de projet (j’utilise aussi Freelance Cockpit). Si votre projet n’utilise pas le web, vous pouvez utiliser un minuteur de cuisine, et noter sur une feuille de papier les actions effectuées.

Par exemple, un de mes associés liste ses tâches à accomplir et coche des cases à chaque fois qu’il passe un 1/4 d’heure dessus : 1 case = 1/4 d’heure, 2 cases = 1/2 heure… Et ainsi de suite.

Cela s’apparente un peu à la Pomodoro Technique qui se base, elle, sur des tranches de 25 minutes soit le maximum des célèbres minuteurs Tomates (pomodoro en italien). Toutes les 25 minutes, on fait une petite pause de 5 minutes et toutes les 4 tomates, on prend une pause de 15 minutes. Cela favorise le maintien de l’attention.
Il semblerait que le tic-tac du minuteur permette en plus de rythmer son travail… Et le geste de le remonter de se conditionner à faire la tâche.

Dans tous les cas, n’excédez pas 1h30 sur la même tache !

Ces méthodes vous permettent de mesurer et de réduire le temps passé sur des activités diverses et variées, mais si vous êtes pressé, vous ne savez pas par quoi commencer, quelle pédagogie utiliser ou dans quelle direction aller, elles ne vous seront pas d’une grande aide pour vous lancer.

Trouver un mentor…

Si vous êtes un peu perdu, la meilleure solution reste quand même de demander à quelqu’un qui a déjà effectué le chemin que vous souhaitez accomplir. Vous en trouverez peut-être dans votre entourage, mais pour ma part, je n’ai jamais obtenu d’excellents résultats dès lors que l’émotionnel prenait trop le pas sur mon objectif. (Si vous regardez la série Revenge, Takeda n’arrête pas de dire ça à Emily !!! Et elle finit toujours par NE PAS l’écouter !) J’aurais tendance donc à chercher quelqu’un d’un peu plus éloigné de moi. De plus distant.

Cela me permet de m’assurer que c’est ma volonté propre qui anime mon projet. Et cela m’implique plus, car les amis sont compréhensifs… Pas les mentors.

Aussi, il faut se souvenir du principe qu’Internet est une mine d’or… J’utilise donc assidument les sites de e-learning dès lors qu’ils ont une pédagogie évoluée (je ne suis pas fan des tutos lancés comme cela sauf si j’ai une chose précise à faire).
Dans tous les cas, Google est votre ami !

Le prochain article sera consacré à résumer ce que j’ai effectivement mis en place parmi toute cette théorie, et je ferais un point sur les résultats obtenus de cette première semaine. Est-ce que cela fonctionne ? Est-ce que je vais tenir ? Est-ce que tout va se passer comme prévu ? Vous le saurez dans les épisodes à suivre pour la seconde semaine…

2 Commentaires sur “Semaine 1 – Jeudi : Diviser pour mieux régner sur mon planning.

  1. Nadj says:

    Haaa, le fameux pomodoro… j’utilise cette technique de temps en temps, quand je suis à la bourre et que j’ai une masse de boulot à abattre en peu de temps, ça marche bien, ça me permet de rester concentrée. Par contre, pas plus d’1h30 sur la même tâche, c’est juste pas possible… j’ai pas assez de tâches différentes à faire, j’en ai une seule (très) grosse à la fois !
    Bref, j’ai hâte de voir ce que ça donne en pratique chez toi 🙂

    • Ro_meow says:

      Et oui, le fameux ^^ ! Il fonctionne pas mal oui, je ne m’en sers pas tout le temps non plus. Je varie en fonction de ce que j’ai à faire. Mais je mesure absolument tout le temps mon temps de travail et je divise toujours en tâches plus petites. Par exemple, quand j’ai un site web à faire (une seul grosse tâche), je divise : la page d’accueil, les vidéos, les galeries photos, l’optimisation SEO… Et ainsi de suite. Cela me donne quand même l’impression de boucler des éléments plus vite. Et cela me permet d’éviter de cumuler 1h30 sur le même truc. Au delà, de cette heure et demi, je finis par ne plus y voir très clair voire à perdre du temps.
      J’ai préparé l’article bilan de la première semaine… Les suivantes ont été assez épiques aussi (et pas toujours en bien =^^=) du coup je corrige, j’essaie, je me loupe… Et petit à petit j’affine le truc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *